A Snapshot of Private Lending - The name of the property investment game for the next 2 yearsLorsque les investisseurs immobiliers sont en recherche de sources de financement, les prêteurs privés sont la dernière chose à laquelle ils pensent, ou tout du moins le considère comme la dernière option. Mais de nouvelles régulations, doublées de restrictions concernant les formes traditionnelles de financement ont entrainé une nouvelle tendance ces dernières années. Acceptant de revoir leurs idées sur le prêt privé, de plus en plus d’investisseurs sont de fait en train de l’adopter comme partie intégrante de leur stratégie d’investissement immobilier. Dans cet article, nous allons nous intéresser de près a l’importance de recourir a un préteur privé comme bouée de sauvetage lorsque le prêt traditionnel n’aboutie pas ou n’offre pas de solutions effectives.

Nous verrons que le prêt privé est de plus en plus prisé comme stratégie d’investissement immobilier intelligente à adopter pour les prochaines années.

Épuisé par les prêteurs traditionnels

Pourquoi les investisseurs immobiliers se tournent-ils vers des préteurs privés pour financer leurs projets immobiliers ? La réponse à cette question est assez simple. Fondamentalement, les investisseurs sont véritablement fatigués d’avoir à conjuguer avec toute la bureaucratie impliquée dès lors qu’il s’agit d’obtenir du financement pour leur projet. Les fonds privés peuvent être obtenus plus rapidement et plus facilement, du fait qu’en termes de négociations et paramètres, les contraintes sont moindres en comparaison des sources traditionnelles de financement. De nouvelles règles, telles que mise de fonds minimale de 20% pour les biens immobiliers (investissement) non occupés par les propriétaires, la “règle des 5 portes” limitant le financement de placements en biens immobiliers à 5 portes, la réduction de l’amortissement ramené à 25-30 ans (au lieu de 35+ ans), et la lenteur du délai d’approbation hypothécaire, changent radicalement la donne en matière d’investissement. La plupart des investisseurs ne disposent pas de liquidités en surplus, et la plupart d’entre nous possédons au moins 5 portes. Aussi se conformer à ces règles…particulièrement dans le cas de projet ou une décision rapide s’impose …requiert de recourir à des fonds privés.

Comprendre prêt privé versus emprunt bancaire…

Pour être tout à fait clair, ce n’est un secret pour personne que les prêteurs privés ne jouent pas dans la même catégorie que les banques et institutions de prêt traditionnelles. Par exemple, leurs sources de financement diffèrent sensiblement. Les prêteurs privés obtiennent leurs fonds par le biais d’investisseurs privés et autres groupes financiers opérants sous le radar des grandes banques. Les prêteurs privés plus importants s’organisent en regroupant leur prêts hypothécaires via ce qui est couramment appelé une société de placement hypothécaire (SPH).

L’autre différence essentielle entre prêteurs privés et traditionnels renvoie au degré de contrôle et de liberté d’action. Les fonds des prêteurs privés ne sont pas assurés, aussi n’ont-ils pas à opérer dans un cadre strictement réglementé lorsqu’ils décident d’octroyer des fonds à leurs emprunteurs. Pour la plupart des prêteurs privés, un des principaux facteurs d’approbation de financement réside dans l’assurance que la propriété concernée pourra être vendue rapidement dans l’éventualité où l’investisseur ou acheteur se retrouve confronté à des difficultés financières. Ceci étant souvent déterminé par l’emplacement et l’attrait de la propriété concernée mais aussi le pourcentage de ratio pré valeur octroyé.

Pourquoi recourir à un prêteur privé ?

Le premier emploi de fonds privés dans le domaine de l’investissement immobilier est l’achat de propriétés à des fins de rénovation (réhabilitation). En second, le recours à des fonds privés se fait afin d’obtenir une deuxième hypothèque pour des travaux mineurs de réhabilitation. Tout investisseur immobilier expérimenté sait parfaitement que les institutions de prêt traditionnelles ne voient pas d’un bon œil les prêts hypothécaires de second rang. Dans la plupart des cas, les demandes de seconde hypothèque sont rejetées. Les fonds des prêteurs privés peuvent considérablement accroitre les chances de voir une demande de seconde hypothèque être acceptée. Le prêt privé est aussi utilisé pour le remboursement de dettes qui empêche un individu le refinancement d’un actif.

Bien entendu, les taux d’intérêt des prêts privés sont considérablement supérieurs (généralement entre 9% et 15% selon le risque d’investissement encouru par le prêteur) et vous serez aussi responsable pour les frais additionnels du prêteur, courtier hypothécaire et frais juridiques. Le prêt privé est néanmoins une excellente solution à court terme (entre 3 et 18 mois) vous permettant de débloquer une situation, de résoudre une impasse financière et vous aider à avancer dans votre projet de réhabilitation ou refinancement, quelque soit la situation.

Aller de l’avant

Si vous considérez sérieusement le recours au prêt privé, vous aurez besoin d’arriver à la table des négociations préparé afin d’optimiser vos chances de succès. Procédez avec circonspection et précaution lorsque vous signez un contrat. Puisque les prêteurs privés opèrent hors d’un cadre strictement réglementé, leur marge d’erreur potentielle peut se voir considérablement accrue. Pensez à faire revoir l’ensemble de vos documents par un avocat ou un juriste professionnel. Dit autrement : comme pour toute transaction d’affaires, sachez exactement dans quoi vous vous engagez avant d’aller de l’avant. Cela vous permettra d’éviter nombre de soucis et frustration à long terme.

Besoin de financement ou/et l’idée de devenir prêteur privé vous intéresse ? Découvrez toutes les façons par lesquelles le prêt privé peut vous aider à maximiser vos investissements en *cliquant ici*.